Beaudry & Cadrin ou l’art subtil de la « coopétition »

Seul véritable distributeur alimentaire à exploiter un vaste réseau de dépanneurs (en ne comptant pas les trois grands de l’alimentation que sont Metro, Sobeys et Loblaws, qui sont oui des distributeurs aussi mais avant tout des exploitants de supermarchés), Beaudry & Cadrin a développé l’art subtil d’être à la fois fournisseur et compétiteur de ses partenaires.

Ainsi le prouve cette image remarquable saisie sur Internet, en début d’article, dans laquelle on aperçoit un camion Beaudry & Cadrin effectuer une livraison dans un dépanneur Eko, propriété du distributeur pétrolier F. Dufresne.

Il est tout à fait normal que F. Dufresne, un distributeur pétrolier, fasse appel à un distributeur alimentaire pour approvisionner ses dépanneurs.

Beaudry & Cadrin agit donc comme fournisseur alimentaire du dépanneur Eko… tout en demeurant aussi un compétiteur!

En effet, à seulement 1,5 km de ce dépanneur, soit moins de 20 minutes de marche, se trouve le magasin d’accommodation concurrent le plus proche, soit un dépanneur Beau-Soir, une bannière propriété de… Beaudry & Cadrin!

Moins de 20 minute de marche séparent les deux dépanneurs concurrents et… partenaires.
Le dépanneur Beau-Soir, propriété de B&C, est le concurrent le plus proche de la station service Eko… fournie par B&C!

Compétiteur et fournisseur en même temps !… n’est-ce pas idéal comme modèle d’affaires?

Il existe un terme savant pour décrire le phénomène : la « coopétition ».

Selon Wikipedia, la coopétition est une collaboration ou une coopération de circonstance ou d’opportunité entre différents acteurs économiques qui, par ailleurs, sont des concurrents. Ce mot « coopétition » est un mélange des deux mots coopération et de compétition (concurrence).

Mais un autre terme encore plus juste s’impose : l’adaptation.

L’adaptation fine à un marché impitoyable, afin d’en tirer tous les bénéfices possibles, tout simplement!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.