EXCLUSIF: Nouvelle marque de contrebande aussi bonne que les légales mais 5 X moins chère!

Ça fait longtemps, très longtemps même, qu’on s’attendait à voir sortir de Kahnawake une première marque de cigarettes de contrebande de qualité supérieure.

Eh bien voilà, c’est fait et réussi! L’attente est bel et bien terminée car nous venons juste de la trouver.

Roulement de tambours… mesdames et messieurs, voici la Rolled Gold… la première marque de contrebande d’aussi bonne qualité que les légales, mais naturellement cinq fois moins chère puisque le consommateur évite toute taxe sur le tabac (qui représente en moyenne 75 % du prix du produit légal).

Ces « cigarettes roulées d’or » pour reprendre l’imagerie de la marque, seraient apparues pour la première fois il y a environ deux ans à Kahnawake selon nos estimations. Ce sont les premières véritables cigarettes de contrebande selon nous à pouvoir concurrencer le tabac légal sur le plan de la qualité.

Une qualité qui passe haut la main l’inspection visuelle

C’est par un pur hasard que nous sommes tombés sur un fumeur de contrebande qui nous a fièrement exhibé — et remis en échantillon — un paquet de ce produit, jurant qu’elles sont aussi bonnes que des cigarettes légales, mais pour une fraction du prix, soit aussi peu que 19 $ la cartouche (au lieu de 80-100 $ pour le tabac légal), et même 17 $ si achetées en plus grande quantité, soit de 10 à 15 cartouches à la fois.

Les cigarettes sont vendues en format King Size dans des paquets de 20 de type « flip top » typiques des paquets de cigarettes américains (ex: Marlboro). Les cartouches de 200 cigarettes comprennent donc 10 paquets de 20 et non 8 de 25 comme c’est le cas normalement pour les cigarettes canadiennes.

Les inscriptions sur le paquet sont bilingues avec l’anglais sur la face principale. On distingue clairement la mention de fabrication à Kahnawake par Thompson Tobacco. Nous n’avons toutefois pu trouver aucune information concernant ce fabricant.

À prime abord, ce produit a grandement piqué notre curiosité :

  • Le design graphique du paquet est très bien fait pour des cigarettes autochtones : les couleurs rouge vin, noir et or s’agencent harmonieusement pour projeter une image de luxe et de qualité.
  • Le logo du produit est beau, le nom bien choisi et les lettres sont embossées sur le paquet, chose qu’on voit rarement.
  • Le paquet comprend plusieurs mentions notables : « Pas d’additif », « 100% tabac naturel », « 100% mélange canadien », « Underage Sales Prohibited », « Class A » « Pleine saveur » (une mention qu’on voit partout sur les paquets de contrebande et dont on ignore toujours le sens).
  • Fait intéressant : les mentions sont bilingues tandis que l’avertissement de santé est américain. Normalement, l’avertissement américain signifie que le produit est destiné au marché américain, mais en ce cas, il ne serait écrit qu’en anglais. Il est probable que le manufacturier voulait mettre un avertissement de santé et a choisi la version américaine simplement parce qu’elle est plus simple et petite.
  • Enfin, le manufacturier est inscrit : Thompson Tobacco, Kahnawake. Thompson est un nom répandu sur la réserve, dont notamment une distillerie de vodka. Il est possible que les deux soient liés, mais rien ne nous permet de l’affirmer pour le moment. Chose certaine, le manufacturier n’a pas peur de s’afficher car il sait pertinemment que les chances de perquisitions policières sur la réserve sont nulles.

Une comparaison du produit avec le tabac de contrebande régulier vendu en réserve est venue confirmer qu’il s’agit d’un produit de qualité supérieure.

La première chose qui distingue les Rolled Gold est l’inscription de la marque sur le filtre, pas juste bêtement imprimée mais finement posée en lettre de couleur rouge vin, soit la couleur de la marque, avec en plus de fines lignes d’or en haut et en bas. Les cigarettes de contrebande régulières, quant à elles, n’ont aucune marque sur le filtre. On voit aussi que la compression du tabac sur la Rolled Gold est parfaite, les tubes étant lisses et homogènes, tandis que la cigarette du bas — de type Ziploc — n’est pas aussi homogène et comprend des zones de dépression. Cela peut être dû à une machinerie moins performante ou encore, à un tabac de moindre qualité.

 

La différence est frappante lorsqu’on compare le bout des deux cigarettes : la Rolled Gold (à gauche) est parfaitement ronde et le tabac y est finement coupé et compressé. La cigarette de qualité inférieure, à droite, est ovale, comprend des petits morceaux grossiers de tabac et le papier semble déchiqueté au bout. On voit que le tube de droite aussi a échappé une partie de sa matière.

 

Pour ce qui est du filtre blanc en tant que tel, il ne semble pas y avoir de différence notable avec les produits bas de gamme. Le papier texturé qui l’entoure, pour sa part, est d’une couleur différente, plus pâle, et au design supérieur. Il semble de meilleure qualité.
Selon nos sources, les Rolled Gold sont vendues dans cette cabane à tabac appelée Big Bear et Mr. Butt’s située sur la route 138 à Kahnawake, à l’est du pont Mercier. Il est fort probable aussi qu’elles soient vendues ailleurs sur la réserve, peut-être pas dans toutes les 140 cabanes de la réserve mais sûrement dans une bonne partie d’entre-elles.
Une qualité qui passe aussi le test du goût

N’étant pas fumeurs nous-mêmes, nous avons fait appel à trois fumeurs invétérés pour nous donner un verdict sur la qualité de ce produit. Les noms utilisés sont fictifs.

Les trois fumeurs à qui nous avons fait goûter le produit ont tous conclu que les Rolled Gold sont de qualité égale aux cigarettes légales.

 

Roger est un col bleu à la retraite qui approche de la soixantaine. Il fume du tabac de contrebande depuis des années et s’est habitué au goût des produits bas de gamme. Il a goûté une grande variété de produits et peut fumer autant des cigarettes en ziploc que des marques autochtones comme PlayFare’s ou Jack Peterson. Selon lui, les Rolled Gold sont effectivement de qualité supérieure et lui rappelle un peu les Sago qui, elles, sont des cigarettes légales fabriquées en Ontario mais vendues en réserve sans les taxes provinciales. On trouve donc les Sago à 41 $ la cartouche, soit deux fois plus cher que les Rolled Gold. Il a indiqué ne plus vouloir s’approvisionner sur la réserve mais qu’advenant que son fournisseur en a, il optera pour celles-ci.

Chantale travaille dans le domaine de la santé, mi-cinquantaine. Bien qu’elle a déjà fumé de la contrebande, elle s’est résignée au tabac légal à cause justement de la qualité. Après une certaine réticence en début de dégustation, Chantale est tombée sous le charme. Selon elle, les Rolled Gold ne sont pas dures à « pomper », ont moins d’odeur, se fument moins vite et sont bonnes au goût. Après une cigarette, elle sentait par ailleurs avoir eu sa dose de nicotine. Elle qui paie 70 $ environ la cartouche malgré ses moyens limités n’hésiterait pas à troquer celles-ci pour des Rolled Gold à seulement 19 $ le paquet. « Peux-tu m’en trouver? », a même-t-elle fini par demander.

André travaille quant à lui au centre-ville de Montréal en informatique. Il fume des Player’s Légères à 100 $ la cartouche et n’a jamais fumé de la contrebande à cause de la piètre qualité du produit. À l’essai, il a jugé les Rolled Gold « pas mauvaises ». Elles lui apparaissent plus douces que les cigarettes indiennes qu’il a déjà goûté et qui étaient dures pour la gorge. De plus en plus conquis au fur et à mesure de la dégustation, il a finalement affirmé que ce produit représentait « une méchante amélioration » de qualité et convenait qu’il est du même niveau que les cigarettes légales.

Nouvelle ère pour la contrebande de tabac?

Après avoir monté en flèche dans les années 2000 pour atteindre un sommet de 40 %  du marché en 2008, la contrebande de tabac autochtone n’a cessé de perdre du terrain depuis pour se stabiliser à environ 15 % du marché.

Un des facteurs clés expliquant ce déclin — outre les amendes plus élevées et la répression policière accrue — est la faible qualité des cigarettes dites indiennes par rapport aux produits légaux.

De nombreux fumeurs à qui nous avons parlé, au fil des ans, nous ont avoué être incapables de fumer les « cigarettes à plume » et avoir dû se résigner à payer le prix fort, soit 80-100 $ la cartouche de 200 cigarettes par semaine, plutôt que de fumer « du foin » qui les fait tousser et qui sent à 100 pieds à la ronde. Que voulez-vous : si ce n’est pas bon, ce n’est pas bon!

Nous avons toujours pensé, dès lors, que ce n’est qu’une question de temps avant que les contrebandiers actifs sur les réserves autochtones ne parviennent, à force d’efforts, de patience et d’investissements, à fabriquer un produit de qualité équivalente aux cigarettes légales produits par les grandes multinationales et ainsi, regagner des parts de marché perdues.

C’est en effet tout à fait logique qu’ils le fassent : ils ont de l’argent, les forces de l’ordre les laissent tranquille et ne posent aucun problème et au prix qu’ils vendent le tabac, un produit de qualité pourrait devenir rapidement populaire.

Année après année, pourtant, nous n’avions encore jamais rencontré de tels produits. Les cigarettes en sachet ziploc à 10 $ sont encore et toujours les pires : trop sèches, mal compactées, malodorantes avec du tabac non finement coupé. Vient ensuite les cigarettes empaquetées dans des marques telles « Canadian Original » ou encore « PlayFares » qui, aux dires des fumeurs, sont à peine mieux, même si leur emballage est similaire aux cigarettes légales. Les cigarettes Sago pour leur part sont équivalentes aux légales, mais beaucoup plus chères : 41 $ la cartouche.

Toujours est-il que ce jour est enfin arrivé. Est-ce le début d’une relance de la contrebande? La question se pose. Et les gouvernements, comme toujours, vont se contenter de regarder le train passer.

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.